NOTRE HISTOIRE (Ep 1)

NOTRE HISTOIRE (Ep 1) | AfroRaise

Moi c'est Fidélia. Le mois passé, j'ai fêté mon vingtième anniversaire. Et oui, je grandis. 

J'ai une vie que tout le monde rêve d'avoir ou du moins, qualifierait d'une vie belle et parfaite.  Oui, je suis l'unique enfant d'une famille très riche et puissante. Mon père David et ma mère  Yolanda font toujours leur possible pour que je ne manque jamais de rien et donc j'ai toujours  tout ce que je veux à ma disposition n'importe quand, n'importe où et n'importe comment.  Loin de me venter, je suis d'une beauté incomparable, normal, quelle femme ne le serait pas en  étant dans les mêmes conditions de vie que moi? Et pour couronner le tout, je suis d'une  intelligence née, ce qui fait que je réussis merveilleusement bien tout ce que j'entreprends  surtout mes études où je suis tout le temps la meilleure. 

Mais dès fois, je doute beaucoup de mes compétences. Je me dis souvent que les gens me  donnent tout le temps la meilleure place du fait que je suis la fille de mon père, l'un des  hommes d'affaires les plus puissants qui puissent exister. Et si c'était vrai? Et si c'est vraiment le  cas, alors je ne mériterais pas tous ces diplômes que j'ai déjà eu. Et là, je suis encore sur le point  d'avoir mon diplôme de fin d'études et mon père qui aimerait que je travaille avec lui, une  chose qui est normale. Mais il me faut d'abord être sûre et certaine de mes compétences avant  de m'engager. Je ne supporterai jamais prendre une place que je ne mérite pas. 

C'est ainsi que j'ai pris une décision que mes parents ignorent encore, en sollicitant l'aide d'une  amie, la seule que j'ai d'ailleurs car très souvent les gens sont hypocrites avec moi. Ils se lient  d'amitié avec moi juste, soit pour l'argent ou soit pour se rapprocher de mon père. Brigitta est  une vraie amie et nous le sommes depuis le cours primaire. On s'aime comme des sœurs,  surtout lorsqu'elle avait malheureusement perdu son père. C'est son grand frère qui a donc pris  la direction de leur entreprise familiale et après son diplôme, elle aussi le rejoindra. Elle est  prête à tout pour moi et vise versa. Elle me traite toujours du "Koala", l'animal le plus dormeur  du monde du fait que je dors un peu beaucoup... Euh ça existe "un peu beaucoup" ? En tout cas,  mon propre adage c'est "beaucoup de sommeil, plus de beauté". Toujours est-il que dès mon  réveil, tout est déjà préparé par nos personnels, de ma douche jusqu'à mon petit déjeuner et  j'ai des voitures à ma disposition. Alors pourquoi s'affoler de se réveiller tôt ? 

Ça fait quelques minutes déjà que mon réveil ne cesse de crier dans mes tympans. Je lui donne  un coup sec et il se tut, ainsi je pourrais prolonger mon sommeil d'au-moins dix minutes. Je me  replonge dans mon sommeil presque paisiblement. "Presque" puisqu'une nouvelle sonnerie  retentit, celle de mon portable. Je le prends sur ma table de nuit, toujours les yeux fermés.  Mais à peine je décroche et le dirige vers mon oreille que j'entends 

-....(crie): RÉVEILLE-TOI ESPÈCE DE KOALA.... 

-moi: hey Brigitta pourquoi tu crie ainsi? T'as eu tes règles ou quoi? En plus je suis déjà réveillée  depuis.... 

-elle(me coupe) : oui oui, cause toujours. T'es réveillée dans tes rêves ouais et tu oublie d'en fait  de même dans la réalité.... 

-moi: non...je suis réveillée depuis...vrai vrai.... 

-elle: et pourquoi t'es pas encore là ? 

-moi:...euh... "Là" ? Où sa? 

-elle(crie de nouveau) : ME DIS PAS QUE T'AS OUBLIÉ HEIN? C'EST AUJOURD'HUI LA CÉRÉMONIE  DE NOTRE REMISE DE DIPLÔME DE FIN D'ÉTUDES... 

-moi:...euh non...non, j'ai pas oublié.... 

-elle: la cérémonie commence à huit heure et il est déjà sept heure et cinq minutes. Mais belle  au bois dormant attend toujours son prince charmant. Je t'attends ici dans trente minutes,  sinon je me charge de venir te réveiller à coups de pieds dans les fesses. BYE. 

Elle me raccroche au nez cette folle. Ah, ma folle à moi, je ne sais pas ce que je deviendrai sans  elle. 

Je me lève enfin et me dirige vers ma salle de bain. De retour, je retrouve Maria, notre  gouvernante de maison et une femme en uniforme des femmes de ménage que je ne connais  pas 

-moi: Bonjour !

-Maria: bonjour mademoiselle... Voici Lilia, la nouvelle chargée des ménages dans votre  chambre 

-moi(sourcils froncés) : et l'ancienne ? 

-Maria: elle est en congé de maternité 

-moi(main sur le front) : ah, ça m'est sorti de la tête. (Rigole) bienvenue à vous Lilia. Je suis très  désordonnée je vous préviens, j'espère que vous allez bien pouvoir me supporter... 

Elle me regarde très étonnée un moment, sûrement par mon vouvoiement, avant de me  répondre par un signe de tête. Et oui ma belle, je ne suis pas celle que tu crois. Certes, j'ai une  vie de luxe mais elle ne fait pas de moi une personne orgueilleuse, au contraire. Je suis souvent  très gentille sauf si on me cherche trop on me trouve. Être gentil n'est pas synonyme d'être  stupide. 

Je me prépare enfin et me maquille d'une manière un peu spéciale. Souvent je fais des  maquillages simples pour ne pas trop attirer des attentions, vu déjà que ma beauté en fait de  trop. Certaines personnes pensent qu'une femme belle n'est pas souvent faite pour un seul  homme. Mais moi, je suis la preuve vivante du contraire. Malgré ma beauté, je n'ai jamais eu de  petit ami jusqu'à présent. Peut-être qu'ils ont peur de m'approcher du fait de mon statut et  surtout de mon père, qui sait. Cependant, une chose est sûr, mon prince charmant ne va plus  tarder, je le sens.... 

Brigitta a exagéré un peu sur le fait que j'aurai oublié que c'est aujourd'hui la cérémonie de  notre remise de diplôme de fin d'études. Comment pourrais-je oublier une chose si importante  surtout en voyant cette magnifique robe que ma mère m'a offerte pour l'occasion ? Cette robe  me va à merveilleux. 

Un fois tout est prêt, je descends dans la salle à manger vu qu'à cette heure-ci, mes parents  seront déjà entrain de déjeuner. Effectivement, je les vis à table. 

-moi: bonjour bonjour !

-papa(visage illuminé) : waoh, voici celle qui fait la fierté de mon cœur et de cette famille. Tu es  vraiment resplendissante ma petite fille chérie. 

-moi: merci papa. Mais je ne suis plus petite.... 

-maman : tu restera toujours notre petite fille ma puce. On t'aime tellement. Félicitations ! 

-moi: merci maman chérie. Je suis très chanceuse de vous avoir comme parents. Je vous aime  beaucoup beaucoup.... 

-papa: nous sommes aussi très chanceux d'avoir un enfant aussi travailleur comme toi.(ton fière)  tel père, telle fille 

-maman : hey, c'est plutôt telle mère, telle fille qu'on dit hein. C'est toujours vous les hommes,  quand c'est bon, vous vous l'approprier. Mais au cas contraire, vous vous en lavez les mains 

-papa: hahahaaa...c'est la loi de la vie mon cœur, c'est même écrit dans la bible. 

On rigole tous ensemble. Mon père et ma mère sont mon couple préféré. Ils s'aiment depuis....  Toujours. Mais jamais ils ne se sont en voulu un long moment. Ils sont l'exemple parfait de ce  qu'est un vrai mariage et un vrai amour. J'espère vraiment que mon mariage sera semblable au  sien. Je suis vraiment heureuse de les rendre heureux car le seul bonheur des parents, c'est de  voir leur enfants réussir. Mais je suis un peu triste à l'idée de leur réaction quand je vais leur  annoncer ma décision.... 

Enfin, nous sommes arrivés au lieu de la cérémonie mes parents et moi. Une fois qu'ils ont pris  place, moi je suis allée m'entretenir avec Brigitta entre fille. 

-elle: waoh ma chérie, tu es époustouflante ! 

-moi (ton fière) : et oui, c'est pourquoi je dis souvent que beaucoup de sommeil donne plus de  beauté 

-elle : mon œil ouais ! Prends pas la grosse tête 

-moi(rigole) : hahahaaa.... Je rigole. Tu es resplendissante aussi ma puce. Et ton chéri Mick? 

-elle(visage illuminé) : de l'autre côté...inutile de te dire comment on compte fête ce soir entre  lui et moi seulement... 

-moi: hahahaaa... Je ne veux même pas savoir... Dit, tu as réussi à me.....

-elle: oh oui, c'est dans la poche. Tu commence ton stage dans une semaine et ça doit durée  exactement trois mois. 

-moi(inquiète) : et tu pense qu'il ne va pas me reconnaître ? 

-elle: aucune chance, rassure toi. Lorsqu'il a vu ton nom de famille, il a voulu savoir mais j'ai  réussi à le berner que c'était un nom commun. Et il était même étonné que tu sollicite un poste  de secrétaire vu tes compétences... Tu en as déjà parler avec tes parents ? 

-moi: hmmm... Pas encore. Je compte le faire demain matin à l'aube 

-elle(rire): hahahaaa.... Toi? Te réveiller à l'aube? Tu parles! 

-moi: bien-sûr que seule, je ne peux pas. Je compte sur toi. 

-elle: ah, je vois. T'inquiète. À quatre heure précis, ton phone va sonner jusqu'à s'éclater -moi:hahahaaa...je compte sur toi.  

-elle: mais, vraiment tu n'es pas obligé de le faire selon moi. Tu n'as rien à prouver à personne  je te dis 

-moi: si, à moi-même. Il le faut. Je dois être sûre de mes compétences. 

-elle : t'es parents vont être si tristes 

-moi: oui....je le sais mais c'est juste pour une durée donnée, c'est pas toute la vie... -elle: je suis fière de toi ma sœur 

-moi: merci. Moi aussi je suis fière de toi, nouvelle directrice des ressources humaines. -elle : merci nouvelle secrétaire de mon grand frère Odilon. 

Et on se lance dans un fou rire attirant ainsi des attentions. Mais on s'en fou. C'est notre jour. 

Comme prévu, à quatre heure précise, mon téléphone n'arrête de sonner. Je le prends et me  lève après pour aller toquer à la porte de mes parents. Dès que je toque, c'est ma mère qui  vient ouvrir 

-elle(inquiète): oh ma chérie, un problème ? Pourquoi t'es debout à cette heure-ci ? T'as fait un  cauchemar ? 

Je lui sourit et fait juste un signe non de la tête. Elle m'invite à rentrer et je vois mon père aussi  inquiet. Je m'assois dans le grand canapé et ils viennent s'assoir de part et d'autre à mes côtés. 

-moi: euh...je suis venue pour vous parler concernant une chose très importante. -père (inquiet) : ça doit être vraiment importante vu que tu es debout à cette heure-ci -mère : parle vite s'il te plaît. Tu m'inquiète 

-moi: oh non, rassurez-vous. Ce n'est rien de très grave. Hmmm.... C'est juste que.... -père : quoi? Ça concerne ton travail dans l'entreprise ? Tu veux un bureau plus spacieux ou.... -mère : s'il te plaît chéri, laisse la parler 

-moi: justement, c'est à propos du travail papa... Je...je suis désolée de ne pas pouvoir travailler  avec toi tout de suite 

-mère : quoi ? Ma fille ? Il y'a un problème ? 

-père : bon, je comprends si tu veux prendre une pose avant de... 

-moi: non non. J'ai décidé de quitter la maison pour.... 

-mère (main sur la poitrine): ma fille, tu as de la fièvre ou quoi? Tu veux tuer ta pauvre mère ?  Quitter pour aller où ? 

-moi: s'il vous plaît, laissez moi terminer... Bon, je disais que je veux quitter la maison juste pour  deux ans. J'ai trouvé un travail dans l'entreprise familiale de Brigitta mon amie. J'ai même  trouvé un appartement. Je veux vivre une vie indépendante de vous, pouvoir sortir du nid  parental et voir si je peux voler de mes propres ailes. Je dois me prouver à moi même que je  suis capable d'autosuffisance dans tous les domaines. Je suis une femme et je vais me marier  un jour, je dois savoir comment gérer un salaire, gérer un foyer, savoir cuisiner, faire le ménage  et autre...

-père : pas question que ma fille devienne la bonniche d'un homme! T'es ma fille et mon enfant  unique. Si c'est plus de l'argent que tu veux, ce sera sans problème. Toutes ma fortune c'est  pour toi.... 

-moi: papa s'il te plaît. Ce n'est pas là le problème. Je veux juste prouver à moi même que je  suis une vraie femme. C'est juste deux ans, c'est tout. On sera tout le temps en contact et je  viendrai tout le temps vous voir. 

-mère : et tu pars quand ? 

-moi: dans une semaine. 

-mère : il n'y à rien que l'on puisse faire pour te faire changer d'avis ? 

-moi(ton décidé): impossible! 

-père (sourire triste) : c'est fou que tu peux me ressembler sur ce point ma fille. Même si c'est  difficile pour nous, on va devoir céder. Je suis si fière de toi. Je n'aurais jamais rêver mieux. T'es  le plus beau des trésors. 

Les deux me serrent très fort dans leur bras. Ils vont vraiment me manquer. Mais il faut que je  le fasse pour mon propre bien. 

A SUIVRE

Ecrit par KAM

 

Share this